AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 The Chronicles of Riddick

Aller en bas 
AuteurMessage
will
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1062
Age : 41
Localisation : grenoble
Date d'inscription : 06/09/2006

MessageSujet: The Chronicles of Riddick   Jeu 28 Sep - 17:44



Le monde des FPS a connu trois grosses révolutions qui se résument ainsi : [url=http://www.jeuxactu.com/fiche-Doom-645-4.html]doom[/url]-like, quake-like et First Person Shooter. Mais depuis quelques mois, on assiste un nouveau tournant grâce à une immersion toujours plus poussée dans les jeux de shoot en vue subjective. Cela se traduit par de nouvelles actions de jeu, des moteurs graphiques toujours plus réalistes ou encore grâce à des héros charismatiques et attachants. C’est ainsi que les et autre se voient affublés de l’étiquette "FPS nouvelle génération". Et parmi ces blockbusters du jeu vidéo, il est souvent difficile d’instaurer dans les foyers un nouveau titre. Certains s’en mordent les doigts avec et d’autres parviennent à nous surprendre avec des titres que l’on n’attendait pas forcément et qui s’imposent comme incontournables. Vous vous doutez bien évidemment queEscape From Butcher Bay est un de ceux-là.



Du cinéma à la console



A défaut d’avoir un scénario vraiment travaillé, met en scène un héros au charisme fou. Sous les traits de Vin Diesel à l’écran comme en jeu vidéo, Richard B. Riddick est un homme froid, un dangereux criminel recherché par les hautes instances policières. Son périple prend fin lorsqu’il tombe entre les mains d’un mercenaire qui n’hésitera pas à le livrer à la prison de Butcher Bay contre une belle rançon. Butcher Bay a la réputation d’être la prison la mieux surveillée de l’univers, ou plutôt avait cette réputation. Car Riddick est bien décidé à franchir les hauts murs de cet établissement afin de retrouver sa liberté. Vous l’aurez compris, le scénario de ce FPS pourrait tenir sur un post-it, mais il n’en demeure pas moins intéressant du fait des capacités de notre héros. Au fur et à mesure de l’aventure, Riddick se dévoile de plus en plus jusqu’à redevenir celui que l’on a découvert dans Pitch Black avec ses lunettes opaques et sa vision nocturne. Mais avant d’utiliser vos compétences en infiltration, il faudra briser quelques cous, combattre vos compagnons de cellule et ramper dans les conduits d’aération de Butcher Bay. Bref, tous les moyens sont bons pour s’évader.



L’homme qui murmurait à l’oreille des gardes



propose plusieurs séquences de jeu. Dans Butcher Bay, pour éviter que les pensionnaires prennent les armes, les fusils des gardiens sont dotés de protection ADN. Oser prendre un flingue est synonyme de décharges électriques. Pas pratique lorsqu’on a en tête de s’évader. C’est ainsi donc que vous allez mettre à profit vos talents de boxeur et faire de l’obscurité votre meilleure alliée. Voici les deux premières séquences de gameplay que vous allez découvrir dans Escape From Butcher Bay[/b]. Concentrons-nous sur les phases de combats qui ne sont pas sans rappeler le titre de. A la manière de ce FPS, Riddick usera de ses poings pour rouer de coups tout ses opposants, gardes, prisonniers ou monstres. a opté pour une maniabilité simple mais ô combien efficace. Tout est axé sur une bonne combinaison entre le stick analogique gauche et la gâchette droite afin d’envoyer valdinguer ses ennemis à coup de crochets, d’uppercuts ou de directs. Chaque coup porté marquera le visage de votre assaillant dans une superbe gerbe de sang. Violent, sanglant, la réputation de Riddick n’est plus à faire. Et si vous êtes bien trop lâche pour l’affrontement direct, mettez à profit vos talents d’infiltration afin d’arriver par derrière et tordre le cou d’un garde. Cependant, soignez votre approche. Ne vous faites pas repérer à cause d’une démarche pataude ou du fait d’être sous les feux des projecteurs. Pour ne pas éveiller l’attention des gardes, préférez les zones sombres plutôt que les pièces éclairées ou n’hésitez pas à crapahuter sur des caisses ombragées.



L’obscurité est votre meilleure arme pour neutraliser quiconque se mettra sur votre chemin. Accroupi dans le noir, vous saurez grâce à un changement de vision que vous êtes à l’abri. Guettez bien votre proie et attaquez-la dans son dos afin de la saisir à la nuque et lui briser les cervicales. C’est ainsi que vous parviendrez à vos fins sans trop de heurts. Si vous engagez le combat avec un garde, ce dernier n’hésitera pas à faire feu pour vous anéantir. Il existe néanmoins une parade efficace contre toute résistance armée. Si vous appuyez au bon moment sur la gâchette droite, vous retournerez le fusil contre son agresseur pour lui éclater la tête. Fort heureusement pour l’intérêt du jeu, vos ennemis sont dotés d’une excellente I.A. Ils n’hésiteront pas à battre en retraite pour éviter ce cas de figure. N’essayez pas non plus de leur tendre un piège en passant dans une pièce voisine, l’arme à la main, prêt à faire feu dès que leur joli minois passera la porte. Les gardes approcheront à tâtons, scrutant de leur visée-laser les angles morts. J’ai volontairement occulté les phases de shoot de afin de mettre en avant le savoureux mélange des genres que propose le jeu. Un soupçon de stratégie, une bonne observation, un minimum de réflexes, voilà ce que demande pour apprécier à sa juste valeur les phases de combat et d’infiltration.



Un peu de brutalité dans ce monde de finesse



Cependant, et je vous rassure, le jeu de est riche en séquences de shoot sans lesquelles son appellation FPS n’aurait pas lieu d’être. Une fois votre protection ADN retirée, vous allez vous en donner à cœur joie. Certes l’arsenal est plutôt restreint, seulement 6 armes à feu, mais je vous rappelle qu’on est en prison. Les armes que vous trouverez dans l’enceinte de Butcher Bay sont donc celles des gardes et autres soldats en combinaison mécha que vous désarmerez. Pistolet, Tranquilizer Gun, Fusil d’assaut, Fusil Prototype, Fusil à pompes et Minigun sont au rendez-vous pour réduire en bouillie toute résistance. Bien entendu, chaque arme ne convient pas à toutes les situations à cause de leur de degré de précision. Une bonne pratique du zoom fera des merveilles afin d’éliminer un garde sans trop gaspiller de munitions. Même si vous êtes armés jusqu’aux dents, il ne faut pas laisser de côté l’infiltration de Le bruit ou la lumière de votre lampe torche attireront les soupçons. Privilégiez l’infiltration à l’action dans la mesure du possible. Bien évidemment, il est plutôt difficile de discerner quelque chose dans les cachots de Butcher Bay. Mais le beau Vin Diesel est doué d’une compétence salvatrice : sa vision nocturne. A travers ses lunettes de plongeur, Riddick voit dans le noir, ce qui lui permet d’établir des guet-apens savamment préparés. Cette vision que vous découvrirez durant le jeu apparaît en cliquant sur le bouton adéquat. Dès lors, une jolie coloration rosée remplit de l’écran.



La nouvelle génération



Escape From Butcher Bay[/b] brille également par sa réalisation. Le studios suédois de Starbreeze s’est illustré en 2002 grâce au titre Il s’en est suivi le décevant b], un autre beat’em all gangrené par ses problèmes de caméras. Mais cela n’a pas refroidi VU Games qui a confié aux développeurs ce projet. Il ne fait désormais aucun doute que rimera désormais avec . A la manière de , le jeu affiche un moteur graphique exceptionnel. Essentiellement basé sur les effets d’ombres et de lumières, le titre se veut réaliste et parvient à merveille à nous plonger dans une ambiance froide, glauque, violente. Que ce soient les murs de la prison taggués de propos politiquement incorrects, les créatures des caves ou les PNJ, l’ensemble graphique est stupéfiant et comme l’un des plus beaux jeux sur consoles. ou Knight of The Temple prouvaient que Starbreeze mettait énormément de cœur dans l’ambiance sonore d’un jeu. Et Riddick ne déroge pas à la règle avec ses voix originales (avec l’incontournable Vin Diesel), ses bruitages réalistes et ses musiques entraînantes. Cependant, cette réalisation quasi idyllique est assombrie par une courte durée de vie. Moins long que les productions actuelles, The se boucle en dix heures. Même la collecte des paquets de cigarettes qui débloquent certains bonus (artworks, images, vidéo, making-of…) ne parvient pas à augmenter la durée de vie.
17 / 20



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mastergame.forumactif.fr/
 
The Chronicles of Riddick
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: PC :: Jeux-
Sauter vers: