AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Ankh

Aller en bas 
AuteurMessage
will
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1062
Age : 41
Localisation : grenoble
Date d'inscription : 06/09/2006

MessageSujet: Ankh   Jeu 28 Sep - 14:29



Tout commence comme dans un teen movie d’horreur. Une bande de jeunes aventuriers de l’Egypte ancienne visite la grande pyramide après en avoir volé la clé. L’un d’entre eux, Assil, subit une malédiction, mortelle bien entendu. Fatalement, ils ont renversé des jarres sacrées et l’esprit qui se trouvait à l’intérieur a jeté un sort sur Assil. Ses deux comparses se moquent un peu de lui ; visiblement, les malédictions mortelles sont devenues une spécialité régionale. L’objet de cette aventure consistera donc à se débarrasser de cet ennui et accessoirement, de conquérir l’élue de son cœur. Les premières actions d’Assil consisteront à sortir de sa chambre, dans laquelle son père l’a confiné car il est puni et prendre rendez-vous auprès du pharaon. Malheureusement, on ne rencontre pas le pharaon facilement et il faudra déjouer l’attention des gardes qui ont très peur des crocodiles. Le premier chapitre consistera donc à vous procurer un déguisement de crocodile.





Une curieuse façon de voir les choses



Comme on peut le constater, le scénario s’inspire pas mal des grands classiques des jeux d’aventure vieux d’une dizaine d’années (ceci n’est absolument pas péjoratif). L’humour fonctionne plutôt bien, même si l’ensemble parait un peu gamin. A cela, deux raisons : l’ensemble des graphismes est assez cartoon et le doublage y est sans doute pour beaucoup : le personnage principal est en effet doublé par la voix habituelle de Jim Carrey. On sourit cependant assez régulièrement, notamment grâce à de nombreux anachronismes (lampe à pétrole 40 watts, les fishburgers, le rock’n’roll…). On retrouve à peu près le même humour tordu que dans les Space Quest, Kyrandia ou Sam et Max, le même aspect surréaliste et embrouillé. La comparaison s’arrête cependant là car la technique employée est bien évidemment différente et il faut bien l’admettre, le jeu ne provoque pas de fou rires. Graphiquement, c’est très déconcertant. Le jeu, entièrement en 3D, utilise des caméras dynamiques. Admettons que votre personnage soit dans une rue. S’il se déplace vers la droite, la caméra le suivra, jusque là, rien de bien sensationnel. Malheureusement, les lieux sont assez mal conçus et il est très difficile de savoir à quel moment s’arrête la rue en question. De plus, le scrolling différentiel résultant de l’utilisation de la 3D cache parfois le passage permettant au héros d’aller plus loin. Imaginez une branche ou un escalier au premier plan : ils vous cacheront peut-être une porte en direction d’un endroit inconnu. Bref, la découverte d’une nouvelle zone n’est pas des plus aisée. Bien entendu, après quelques allers et retours, le joueur se familiarise et ce sentiment d’être complètement paumé disparaît. Mais continuons dans l’aspect graphique. Les modèles 3D utilisés paraissent un peu taillés à la hache. Bien entendu, le rendu est volontairement cartoon et les représentations sont plus des caricatures qu’autre chose. Mais à cela, il faut ajouter des textures assez pauvres. Bref, l’ensemble ne brille pas de mille feux étincelants. Néanmoins, bien que je n’en sois pas totalement sûr, il semblerait que l’image bénéficie d’un éclairage HDR, au même titre qu’Oblivion, Age of Empires III, bref, tous les jeux à la mode particulièrement gourmands en ressource.





De sa durée de vie de 15 heures, 40 siècles nous contemplent



C’est assez paradoxal. Le jeu est superbement éclairé, mais ce qu’il illumine n’est pas très joli ! Dès que les lieux possèdent un peu de détails (la séquence sous l’eau ou au pied du Sphinx, par exemple), cela devient immédiatement beaucoup plus agréable à regarder. Bien que la représentation graphique complexifie quelque peu la progression du personnage, on notera qu’Ankh n’est pas un modèle d’énigmes tordues où l’on perd la moitié de ses neurones à chaque écran. Tout reste très logique et même un peu simple. Les poils de chameau s’adaptent évidement sur le pinceau sans poil, l’aiguille maudite sur la boussole sans aiguille… Ce n’est pas toujours aussi évident mais les occasions de se retrouver bloqué demeurent assez rares. Comptez une quinzaine d’heures pour en voir le bout, en sauvegardant de temps en temps. Cette précision n’est pas superflue. En effet, nous avons déniché un bug nous ayant fait perdre plusieurs heures de jeu. Après avoir donné une statuette précieuse à votre amie, elle vous remet une carte de pirate, pour trouver un trésor. En cliquant dessus, elle apparaît au premier plan. Impossible de la faire disparaître, plus aucune commande n’étant disponible. Ce problème n’est apparu qu’une seule fois ; visiblement, il ne faut pas l’ouvrir sur n’importe quel écran. Heureusement, c’est le seul défaut de ce genre que nous avons noté.




12 / 20
Plutôt satisfaisant dans l’ensemble Ankh ne possède cependant pas la carrure des jeux de LucasArts de l’époque, même si l’esprit de cette catégorie de jeu demeure. De plus, il y a de grandes chances que cela plaise à un public plus jeune malgré une classification PEGI un peu aberrante (12+).





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mastergame.forumactif.fr/
 
Ankh
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CR 29/11/11 Timeline / Time's Up Geek / Dique Monde Ankh Morpork / DeadWood
» composition des escouades d'élites
» Eldar Noir vs Space marine que faire?
» Cherche Ankh Morpork et Novembre rouge, édition révisée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: PC :: Jeux-
Sauter vers: