AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Animal Crossing DS

Aller en bas 
AuteurMessage
will
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1062
Age : 41
Localisation : grenoble
Date d'inscription : 06/09/2006

MessageSujet: Animal Crossing DS   Mer 27 Sep - 13:25







Il ne fait aucun doute que Nintendo est le spécialiste toutes catégories confondues des jeux retardés pour X raisons. La preuve en est avec la saga The Legend of Zelda qui n’a de cesse de tirailler le cœur de ses fans. Mais le cas d’Animal Crossing est bien différent de celui de notre héros d’Hyrule. A l’heure où la Nintendo 64 arrivait au crépuscule de sa vie, Nintendo lâcha sur le sol japonais un titre qui allait faire fureur là-bas, Doubtsu no Mori, que certains allaient bientôt appeler Animal Forest, pensant voir débarquer le soft sur les autres continents. Mais il aura fallu attendre l’avènement de la GameCube pour découvrir cette simulation de vie emprunt aux Sims d’Electronic Arts. Et c’est là que le calvaire des joueurs européens allait commencer. Alors qu’Animal Crossing était dans les starting-blocks nippons dès le 14 décembre 2001, une attente interminable gronda sur le Vieux Continent surtout après la sortie du jeu dix mois plus tard aux Etats-Unis. Dix mois, même si ça paraît une éternité pour un joueur trépignant d’impatience, ce n’est rien face aux 104 semaines précédents l’arrivée du titre en Europe. C’est pourquoi on peut se réjouir de découvrir enfin Animal Crossing : Wild World sur DS un an à peine après la sortie de la console au double écran. Si tout ceci est devenu une réalité, c’est bien grâce au succès qu’a rencontré le jeu sur GameCube. Succès qui, indéniablement sera au rendez-vous sur DS tant le jeu s’avère encore plus addictif que sur une machine de salon.



A simple life



Amateurs de la série Les Sims, des nombreux Harvest Moon et autres Nintendogs, il est inimaginable que vous soyez passé à côté d’Animal Crossing en septembre 2004 sur GameCube. Mais pour vous, un petit topo s’impose car le jeu made in Nintendo n’a décidemment rien à voir avec ses concurrents. Si certains développeurs s’inquiètent de retranscrire parfaitement les uses et coutumes de chacun à travers un jeu de gestion, Nintendo se soucie de proposer aux joueurs une alternative à leur vie de tous les jours. Amener un clone polygoné aux toilettes quinze fois par jour n’a nullement d’intérêt pour l’éditeur. C’est pourquoi les besoins quotidiens souvent associés aux Sims laissent ici leur place aux envies journalières. Le village des animaux dans lequel vous vous êtes récemment installé est un véritable havre de paix où le bonheur n’a d’égal que la bonne humeur de ses habitants. Mais avant d’aller vadrouiller en toute liberté sur les verts pâturages d’Animal Crossing : Wild World, vous faites la connaissance de Tom Nook. L’épicier malin de la version GameCube est à nouveau de la partie et comme à son habitude il sait flairer les bons coups. Il s’occupe également d’accueillir comme il se doit les newbies tels que vous d’abord en leur proposant un logement. Ne pensez pas que ses services sont gratuits, bien qu’extrêmement sympathique, il est commerçant avant tout. Ainsi donc, comme la version NGC, vous devrez payer le crédit de votre maison. Mais les clochettes, la monnaie de Animal Crossing : Wild World, ne tombent pas du ciel comme par miracle. Vous allez devoir vous dénicher un job. Et comme de par hasard, Tom Nook est dans la place pour vous refiler des sales besognes histoire de rembourser sa première avance financière. C’est ainsi que, par le biais de ces tâches ingrates, vous découvrirez le voisinage mais aussi le système de jeu qui gère toute la vie dans Animal Crossing : Wild World.



Tout travail mérite salaire



L’intérêt de bosser – obligatoirement – pour Nook, c’est que vous découvrirez tous les aspects du jeu, du moins ceux qui permettent de se remplir les poches de clochettes. Dans la peau du larbin de service, vous devrez exécuter sagement les volontés de Tom, qu’elles soient purement décoratives ou bien évidemment commerciales à travers la vente par correspondance. La VPC prouve une chose : les habitants de Animal Crossing : Wild World sont vraiment des feignasses de première même pas capables de se déplacer pour payer leurs dettes envers notre renard épicier. Si les transports d’objets et de fonds s’avèrent contraignant à la longue, ils permettent de mettre du beurre dans les épinards lorsque les clients lâchent quelques pourboires pour service rendu. Ceci dit, ces va-et-vient ne seront que de courte durée une fois votre crédit levé. Après c’est la belle vie ! Vous êtes libre d’aller et venir dans le village des animaux en vous délectant des petites choses de la vie et surtout de dépenser comme bon vous semble vos clochettes car là est tout l’intérêt de Animal Crossing : Wild World : la liberté de personnaliser son microcosme de son avatar (vêtements, coiffures, accessoires), au paysage en plantant par exemple différents arbres, jusqu’à sa maison qu’il est possible d’upgrader et de décorer selon ses choix. Mais bien sûr, rien n’est gratuit dans ce bas monde et il faudra donc grappiller des sous à droite et à gauche. Pour ce faire, plusieurs opportunités s’offrent à vous. Comme au bon vieux temps de Nook, vous pouvez toujours aider la populace en livrant des objets contre monnaie sonnante et trébuchante, après avoir longuement parlé avec vos voisins ou en leur envoyant une petite lettre par la poste. Si vous êtes plutôt du genre à profiter de la nature, les perspectives de s’enrichir décuplent. Cueillette, pêche ou chasse aux insectes deviendront alors vos principales sources de revenus puisque tout ce que vous allez ramasser pourra être vendu ou troqué.



Vers l’infini et au delà



Peu importe l’activité que vous décidez d’entreprendre, il ne faudra pas perdre de vue l’heure et la saison à laquelle vous jouez. Animal Crossing : Wild World est un jeu de gestion en temps réel, et ce ne sont pas des paroles en l’air ! En effet, selon la configuration de votre console, le paysage, les personnages, la faune et la flore évolueront dans une parfaite synchronisation. Jour, nuit, hiver, printemps, été, automne, célébrations ou jours fériés, tout est pris en compte dans Animal Crossing. C’est pourquoi, si vous voulez remplir votre carnet de chasse (poissons et insectes), vous devrez soit être très patient, soit modifier l’horloge interne de la DS. Ainsi vous aurez plus de chance de dégoter un moustique durant les vacances d’été qu’en plein mois de décembre. Ce paramètre s’applique également aux poissons ou aux arbres fruitiers. Vous comprendrez alors pourquoi Animal Crossing : Wild World est un jeu qui n’a pas fini d’étonner à moins de jouer 24 heures sur 24, 365 jours par an. Chaque jour, chaque heure de la journée et de la nuit est différente de la précédente. Pour les collectionneurs dans l’âme qui veulent absolument remplir le Musée de la ville en poissons et insectes, il faudra souvent jongler avec les horaires afin de faire de belles prises. Bref avec une soixante d’espèces de poissons et d’insectes différents, 689 meubles, 63 tapisseries et moquettes, 256 vêtements, 32 parapluies, 130 casquettes, 63 papiers à lettres et 52 fossiles de dinosaures à collecter vous n’êtes pas prêt de faire le tour d’Animal Crossing DS qui propose bien plus d’items que la version GameCube. Mais les évolutions entre les deux moutures ne s’arrêtent pas qu’aux chiffres puisque bien entendu le gameplay et les visuels ont été repensés aux dimensions et aux capacités de la Nintendo DS. Sur le plan graphique, ça n’a guère évolué. Si on pouvait émettre de lourdes critiques en 2004 sur le Cube, le résultat est tout bonnement magique sur DS. Réputée pour sa 3D à la traîne, la nouvelle console de Nintendo semble cependant à l’aise avec des graphismes mignons, loin des exubérances d’une certaine PSP. Et Animal Crossing DS en est une fois de plus la preuve, pour peu que l’on adhère à la Nintendo’s Touch. Et l’utilisation du double écran met encore plus en valeur le charme du jeu car à aucun moment on ne perd de vue notre petit bonhomme, même lorsqu’on ouvre son inventaire. L’affichage du jeu bascule alors sur l’écran supérieur afin de permettre une meilleure navigation dans les menus, beaucoup plus instinctive que sur GameCube. Et bien sûr, le stylet contribue énormément à cette intuitivité, qu’il s’agisse d’écrire une lettre, d’afficher la carte du monde ou de consulter sa liste d’amis.



It's a small small world
L’aspect tactile ne s’arrête pas qu’aux sous-menus car il également possible de contrôler son avatar à l’aide du stylo magique. Le faire courir, marcher ou tout simplement discuter avec ses collègues devient alors un jeu d’enfant prouvant une fois de plus le savoir-faire inimitable de Nintendo. En tapotant sur tel ou tel personnage ou objets, vous interagirez immédiatement avec lui. Néanmoins, il faudra souvent avoir recourt à l’inventaire pour s’équiper de la pelle, du filet à papillon, de la canne à pêche, de l’arrosoir, de la hache ou du lance-pierre ce qui à la longue fatigue et nous pousse à découvrir certains petits défauts liés à la vitesse d’affichage du menu. Lorsqu’on s’amuse à secouer les arbres pour trouver des clochettes savamment planquées, il arrive souvent de tomber nez à nez sur un essaim d’abeilles, l’occasion rêvée d’en capturer un exemplaire. Mais voilà, pour agiter le tronc, vous devez avoir les mains vides. Mais pour choper une apis mellifère, vous devez impérativement vous équiper du filet. Or le temps de latence entre l’ouverture de l’inventaire et la sélection de l’objet, vous empêche d’arriver à vos fins. Idem en ce qui concerne les insectes terrestres que vous délogerez à coup de pelle. Certes ce sont des petits défauts mais lorsqu’on a passé plus de trois heures à chercher un scarabée, il y a de quoi être énervé. Heureusement ce défaut est absent des scènes de pêches très réussies. Animal Crossing sur GameCube avait réussi à créer des liens affectifs avec nos compagnons virtuels. Animal Crossing : Wild World va plus loin grâce à l’option Wi-Fi et devient par la même occasion le troisième jeux DS compatible online. Non, vous ne rêvez pas, vous allez pouvoir visiter le village de vos potes et les inviter chez vous pour des compétitions ou tout simplement pour parler durant des heures autour d’un café. Cette invitation au voyage n’est possible qu’en enregistrant au préalable des Codes Amis. Impossible donc de débarquer à l’improviste chez un illustre inconnu. Ça aurait pu être sympa. Le Mode Wi-Fi se résume essentiellement en une balade interminable pimentée ici ou là de défis dont vous êtes le seul juge. Cette option bienvenue n’est pas anodine car elle offre à Animal Crossing : Wild World une approche plus conviviale, chose qui lui faisait défaut sur GameCube
17 / 20
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mastergame.forumactif.fr/
 
Animal Crossing DS
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un rien habille mon lapin
» Alerte mail truc bizarre !
» Dempsey
» [SIMULATION] ? Animal Crossing
» Animal Crossing New Leaf

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: DS et DS Lite :: Jeux-
Sauter vers: